©photo : Anne Barbot

Je sentais bien que je n'étais pas Napoléon

TEXTE Fiodor DOSTOÏEVSKI, TRADUCTION André MARKOWICZ

ADAPTATION Daniel COLLADOS, MISE EN SCÈNE Anne BARBOT

INTENTIONS

Raoul, jeune homme solitaire, tente de s’affranchir de la peur d’agir. Il transgresse la plus élémentaire des lois humaines qui permet à la société d’exister, aux personnes de vivre ensemble : il tue.

Agit-il par espoir ou désespoir ? Son acte est-il un acte égoïste ou altruiste ? Est-il un nihiliste idéaliste qui veut sauver l’humanité tout entière en versant le sang d’un grand industriel, un individualiste qui tue pour compléter ses médiocres ressources, un fou illuminé qui veut être « couronné au capitole » et à qui on décernera le titre de sauveur de l’humanité ? un écolo radicalisé qui anéantit le chef d’une entreprise polluante ? le porte-parole des ouvriers malades d’avoir manipulé des produits toxiques ? ou, est-il simplement un redoutable assassin calculateur ? Malgré toutes les raisons qu’il peut se donner, tant qu’il nie l’irréparable, tant qu’il en refuse la responsabilité, tant qu’il cherche à justifier l’injustifiable, il s’exclue de l’Humanité. Comme le « surhomme » nietzschéen, peut-être poursuit-il la liberté absolue ? mais, en s’affranchissant de la morale, Raoul s’est coupé de l’Humanité.

«Comment tu vas faire pour vivre maintenant, seul, isolé de tous ?» - lui demande sa soeur !

Raoul peut-il trouver le chemin du retour parmi ses semblables ? retrouver une humanité qu’il s’est lui-même retirée ?

C’est un parcours d’une colère nerveuse et cynique vers une culpabilité réparatrice qui m’effraie autant qu’il me fascine. C’est à ce parcours complexe, rempli de dénis, de fantômes, de mensonges, de cauchemars, de violences et de vanités, que je veux donner corps.

Téléchargez le dossier de presse

CRÉATION SONORE Anne-Lise BRIOT
SCÉNOGRAPHIE Camille DUCHEMIN
CRÉATION LUMIÈRE Félix BATAILLOUX

AVEC Daniel COLLADOS, Alexandre DELAWARDE et Audrey LAMARQUE

REMERCIEMENTS
Le lycée Brossolette du Kremlin-Bicêtre

COPRODUCTEURS Théâtre André Malraux de Chevilly-Larue
Fontenay en Scènes à Fontenay-sous-bois
Ecam, Théâtre du Kremlin-Bicêtre

SOUTIENS La Région Ile-de-France et le Conseil Départemental du Val-de-Marne (94),